mercredi 18 mars 2015

Lettre ouverte au maire d’Argenteuil, M. Georges Mothron


Monsieur le Maire,

Vous avez été l’auteur vendredi 13 mars d’un courriel à destination des agents. Ce dernier est aussi consultable sur votre blog.
Nous tenions à vous faire part du fait que ce dernier est rempli de « fausses informations ». Ce que nous pouvons comprendre vu la distance qui vous séparait d’Argenteuil au moment des faits !!!

Rétablissons donc la vérité :
Dans ce mail, vous dites avoir reçu les représentants syndicaux de la CGT, FSU, CFDT, deux fois depuis le début de la grève du 4 février dernier et ce personnellement.
  • 1er - En effet vous nous avez reçus le 4 février 2015 en tout et pour tout deux minutes trente afin de nous informer que vous étiez furieux et ne supportiez pas la grève mise en place ainsi que son déroulement et que de ce fait vous n’aviez plus rien à nous dire.
  • 2ème – Notre deuxième rencontre a eu lieu le jeudi 5 février 2015, à l’initiative de France 2, nous avons donc été reçus quelques minutes pour que vous nous informiez que nous serions reçus le lundi 9 février.
  • 3ème – Notre 3ème rencontre a eu lieu le 9 février en votre présence et avec l’ensemble de votre direction générale.
Vous nous faisiez part de votre volonté d’instaurer une véritable concertation au sein de la municipalité, vous nous faisiez l’éloge d’un dialogue social transversal entre votre direction, les chefs de service, les représentants du personnel et les agents.
Aucune réponse aux revendications des grévistes n’ayant été apportée ce jour, vous nous avez informés que nous serions reçus à ce sujet le 13 mars par votre direction car il n’y avait aucune autre possibilité avant dans vos agendas. De plus, vous vous engagiez à nous recevoir une fois par trimestre avec votre cabinet. Nous devions rencontrer votre direction une fois par mois, c’est bien ce que vous aviez acté le 9 février.
Reconnaissant une volonté de dialogue de votre part, l’ensemble des représentants syndicaux a accepté votre planning de réunion.
Or, une semaine avant et en réponse au courriel que nous vous avons adressé comportant la liste des points que nous souhaitions aborder lors de la rencontre du 13 mars, comme cela nous avait été demandé, nous avons été destinataires d’un courriel annulant cette réunion.

Nous avons alors décidé de maintenir notre rassemblement prévu le 13 mars. À ce sujet, jeudi 12 mars, le syndicat FSU, au nom de l’intersyndicale a appelé le secrétariat de la direction générale pour rappeler qu’un rassemblement aurait lieu dès le lendemain et que les syndicats renouvelaient la demande de rencontre avec la direction générale.

Le vendredi matin, un nouvel appel au secrétariat a permis de confirmer que la Direction Générale ne souhaitait pas répondre favorablement à une demande de dialogue.
Vous comprendrez-donc que les agents rassemblés n’ont pas pu se satisfaire et ont insisté pour convaincre la Direction Générale de les écouter.

En aucun cas des membres de la Direction Générale n’ont été « séquestrés » dans les escaliers. Ce sont eux-mêmes qui sont venus à la rencontre des manifestants qui étaient dans les couloirs et escaliers, des photos sont à votre disposition pour preuves.

Et c’est à la demande de ces derniers qui ne trouvaient pas adéquat une discussion dans un escalier que le DGS a décidé de leur demander de se rendre dans l’auditorium pour venir à leur rencontre. Si nous nous réjouissons que les agents aient pu rencontrer en direct la Direction Générale, nous déplorons qu’aucune réponse concrète ne leur ait été apportée.

Quant aux agents de la Police Municipale qui auraient été victime de violences physiques, n’inversons pas les rôles ! Deux représentants du personnel ont été violement bousculés par un agent de Police Municipale. Immédiatement ils en ont informé le Directeur Adjoint de la PM ainsi que la Directrice de la Tranquillité Publique. L’un d’eux est tombé et a été blessé au dos. Nous vous rappelons juste que l’hôtel de ville est notre lieu de travail, et qu’il est ouvert à tout le personnel.

Quant aux insultes auxquelles vous faites références, si bon nombre d’agents ont demandé la démission de votre DGS (à notre connaissance ce ne sont pas des insultes), c’est aussi et avant tout pour son attitude, sa suffisance et sa morgue, que nos collègue ne peuvent plus supporter. Aussi qui insulte qui ? Qui annonce à la France entière sur un média de grande écoute que nos collègues du centre aquatique vont voir bon nombre de leurs postes être supprimés, sans consultation préalable ni passage aux instances obligatoires. Alors une fois pour toute, de qui se moque t-on !!!!

Quant à l’écoute dont bénéficieraient de la part des services, les syndicats, quelques précisions s’imposent.
Vous semblez penser que mettre en place une première réunion du Comité Technique, une première réunion du CHS-CT et une réunion pour l’élaboration du protocole d’accord sur les droits syndicaux font preuve d’une volonté de dialogue social.
Devons nous vous rappeler que ces réunions n’arrivent que plus de 3 mois et demi après les élections professionnelles et après de nombreuses sollicitations ?
Devons nous vous rappeler aussi que ces réunions sont statutaires et réglementaires ?
Que les Elus du personnel ont été élus comme vous et aux même titre lors d’élections légitimes

Ce qui pour nous était une preuve de dialogue social, c’est l’engagement que vous aviez pris le 9 février de mettre en place une rencontre trimestrielle avec vous-même et une rencontre mensuelle avec la Direction Générale. Annuler la première qui était prévue le 13 mars montre au contraire que vous ne souhaitez pas « entretenir » le dialogue social que vous appeliez pourtant de vos vœux lors de la soirée organisée pour le personnel.

Ensuite nous souhaitons vous alerter sur les propos que nous avons entendus de la part du Directeur Général des Service en présence du Directeur de Cabinet. Ce dernier a fermement affirmé que « de toute façon, in fine, c’est la direction générale qui décide ».La même réponse a été apportée par la Directrice Générale Adjointe pôle solidarité à des agents d’un service, qui demandaient simplement des explications.

Votre absence de la Ville, la monopolisation d’une grande partie des élus de la majorité pour les élections départementales conduisent-t-elle à cette situation ?
Quel est le rôle des élus aujourd’hui et quel est celui des administratifs ?

Enfin, nous ne pouvons accepter que puisse être sous-entendu dans votre courrier que les agents qui étaient en grève vendredi et qui manifestaient pour obtenir des réponses à leurs revendications ne feraient pas honneur au service public. C’est ce dernier qu’ils tentent de défendre par leur action !

Le dialogue social ne se résume pas à l’écoute, mais à une mesure pleine et entière des enjeux du maintien des services publics et du rôle joué par les agents au bénéfice de ceux-ci.
Emmanuel DEJONGHE Pascal VIDECOQ Yamine SAHILA
Secrétaire de section de la CFDT Secrétaire Général de la CGT Secrétaire Général de la FSU Territoriaux

Aucun commentaire:

Publier un commentaire